Category Archive Assises du Meds

Bymeds2018

Rapport D’ Activité

Le présent rapport rend compte des activités développées par le Mouvement des Entreprises du Sénégal (MEDS) du mois de Mai 2007 au mois d’Avril 2008.

Read More

Bymeds2018

ASSISES ECONOMIQUES DU MOUVEMENT  DES ENTREPRISES DU SENEGAL SUR LE THEME:« QUEL AVENIR POUR LE PATRONAT DU SENEGAL ? »

ASSISES ECONOMIQUES DU MOUVEMENT  DES ENTREPRISES DU SENEGAL

SUR LE THEME:« QUEL AVENIR POUR LE PATRONAT DU SENEGAL ? »

I- SYNTHESE DES TRAVAUX

Le 19 avril 2008, le Mouvement des Entreprises du Sénégal (MEDS) a organisé,  au Méridien Président, sous la présidence  de Monsieur Cheikh Hadjibou SOUMARE, Premier Ministre de la République, la 8éme session de son Assemblée Générale suivie des ses assises économiques  sur le thème : « Quel Avenir pour le Patronat du Sénégal ?».

Read More

Bymeds2018

Communication MEDS

La mondialisation a bouleverse complètement tous les repères sociétaux et organisationnels des entreprises. La concurrence est devenue mondiale, des centres de décisions et de production sont externalisés. L’entreprise actuelle est devenue directement ou indirectement locale et globale à la fois.

Devant cette nouvelle dimension des affaires, l’entreprise est devenue synonyme de stratégie et d’alliance pour survivre et croître.

Ainsi, tous les grands pays du monde protègent leurs industries primaires, secondaires et tertiaires, autour d’un dispositif national d’intelligence économique ou de sécurité économique.

Par ailleurs, les patronats, en partenariat avec l’Etat et la société civile s’organisent autour d’axes majeurs pour soutenir l’économie et lui permettre de résister aux différents assauts des concurrents.

C’est pourquoi, le Mouvement des Entreprises du Sénégal attache une grande importance au développement de la culture entreprenariale dans notre pays  et à la promotion de l’esprit d’entreprise.

Notre grande ambition, c’est de produire l’homme d’affaires du XXIe siècle qui, à partir d’une vision partagée avec les pouvoirs publics, pourra propulser notre pays au rang des économies les plus performantes.

C’est pourquoi nous travaillons à l’avènement d’un patronat fort, structuré, capable de peser sur les décisions de l’Etat.

Nous avons besoin de ce patronat combatif pour défendre les intérêts de l’entreprise et exprimer nos positions devant tous les partenaires.

Hors, la situation actuelle, Mesdames, Messieurs, caractérisée par  la multiplicité des Organisations Professionnelles patronales ne milite pas toujours en faveur de ce patronat fort que nous appelons de nos vœux.

Bien au contraire, elle contribue à la dispersion des forces et parfois, conduit à la fragilisation sur des Chefs d’Entreprises.

Elle brouille surtout la lisibilité de l’espace économique et affaiblit  la position du patronat devant ces différents interlocuteurs.

Nous devons donc remédier à cet à état des faits car toutes nos organisations ont les mêmes missions et les mêmes objectifs ; elles oeuvrent pour les mêmes buts et sont toutes engagées au service de  la défense de l’entreprise nationale.

Nous avons plus de raisons d’être unis que d’être divisés.

Nous devons regarder vers la même direction et faire de nos différentes sensibilités, des complémentarités.

En effet, ces assises, à mon sens, doivent être une opportunité pour procéder à une analyse  objective de notre situation.

Cette analyse doit viser de déceler nos forces et nos faiblesses et de dégager les perspectives souhaitables.

En particulier, nous devons étudier, sans préjugé,  les conséquences de la dispersion actuelle du patronat sur notre statut face au Gouvernement et aux autres partenaires.

Notre souhait est qu’a l’issue de ces assises, nous aboutissions à des consensus forts capables de renforcer la position du patronat national ; lesquels consensus doivent nous permettre de bâtir un cadre de convergence au sein duquel toutes les organisations patronales pourront dialoguer, construire des stratégies afin de défendre énergiquement les intérêts de l’entreprise.

C’est à ce prix que nous pouvons être forts face à nos partenaires et crédibles face à l’Etat.

A défaut d’une structure organique, le patronat sénégalais doit d’aménager un espace permanent de rencontres pour harmoniser nos positions et parler d’une seule voix audible pour défendre nos sociétés et l’intérêt national.

Le Mouvement des Entreprises du SENEGAL (MEDS) en ce qui le concerne, est prêt à prendre à toute initiative devant nous permettre de réaliser :

  • une meilleure harmonisation des positions des Organisations Professionnelles Patronales face aux multiples défis économiques
  • une définition d’un cadre consensuel de concertation des responsables des différentes Organisations Patronales
  • une meilleure prise en compte des préoccupations du secteur privé dans les politiques publiques et  les négociations  autour des conventions nationales  et internationales
Bymeds2018

Discours du Premier Ministre

  • Mesdames, Messieurs les Ministres
  • Mesdames, Messieurs les Représentants du Corps diplomatique et des Institutions internationales
  • Monsieur le Président du Mouvement des Entreprises du SENEGAL,
  • Mesdames, Messieurs les Présidents des Organisations Professionnelles et Patronales
  • Mesdames, Messieurs les Directeurs Généraux et Directeurs Nationaux
  • Mesdames, Messieurs les Chefs d’Entreprises
  • Mesdames, Messieurs les Membres du MEDS
  • Chers Invités,

Read More

Bymeds2018

Discour de M. Mbagnick DIOP – Président MEDS

  • Monsieur le Premier Ministre,
  • Mesdames, Messieurs, les Ministres
  • Mesdames, Messieurs les Représentants du Corps Diplomatique et des Organisations Internationales
  • Mesdames, Messieurs les Présidents d’Organisations Professionnelles et Patronales
  • Monsieur le Représentant de l’Union Européenne
  • Mesdames, Messieurs les Directeurs Généraux
  • Mesdames, Messieurs les chefs d’entreprises
  • Mesdames, Messieurs les Membres du MEDS
  • Mesdames, Messieurs
  • Chers invités,

Read More

Bymeds2018

Les Termes de Référence

THEME : QUEL AVENIR POUR LE PATRONAT DU SENEGAL ?

I.      CONTEXTE

La mondialisation a bouleverse complètement tous les repères sociétaux et organisationnels des entreprises. La concurrence est devenue mondiale, des centres de décisions et de production sont externalisés. L’entreprise actuelle est devenue directement ou indirectement locale et globale à la fois.

Devant cette nouvelle dimension des affaires, l’entreprise est devenue synonyme de stratégie et d’alliance pour survivre et croître.

Read More

Bymeds2018

L’Editorial

POUR QUEL PATRONAT?

Il est aujourd’hui admis que le secteur privé, dans tous les pays,  est le moteur de l’économie, la principale source de création de richesses. Read More

Bymeds2018

Gouvernance et démocratie

Gouvernance et démocratie Read More

Bymeds2018

Discour de M. Mbagnick DIOP – Président MEDS

Monsieur le Premier Ministre

–         Mesdames, Messieurs, les Ministres

–         Mesdames, Messieurs les Représentants du Corps Diplomatique et des Organisations Internationales

–         Mesdames, Messieurs les Présidents d’Organisations Professionnelles et Patronales

–         Mesdames, Messieurs les Directeurs Généraux

–         Mesdames, Messieurs les chefs d’entreprises

–         Mesdames, Messieurs les Membres du MEDS

–         Mesdames, Messieurs

Read More

Bymeds2018

Discour du Premier Ministre

  • Mesdames, Messieurs les Ministres
  • Monsieur le Président du Mouvement des Entreprises du Sénégal (MEDS)
  • Mesdames, Messieurs les Représentants des Corps diplomatiques et des Institutions internationales
  • Mesdames, Messieurs les Présidents des Organisations Professionnelles et Patronales
  • Mesdames, Messieurs les Directeurs Généraux et Directeurs Nationaux
  • Mesdames, Messieurs les Chefs d’Entreprises
  • Mesdames, Messieurs les Membres du MEDS
  • Chers Invités,

C’est toujours avec un plaisir renouvelé que je réponds à vos invitations pour présider les manifestations du Mouvement des Entreprises du Sénégal (MEDS).

Mon plaisir, aujourd’hui, est d’autant plus grand qu’il s’agit de vos assises économiques qui constituent un moment important du MEDS.

 

Mesdames, Messieurs

Le thème de cette année «  enjeux de l’intégration= quelles perspectives pour l’entreprise sénégalaise ? » Constitue une question d’actualité qui interpelle tous les acteurs de l’économie, pouvoirs publics comme secteur privé national.

Le thème choisi est d’autant plus pertinent que, de nos jours, partout dans le monde, les pays se constituent en grands ensembles économiques pour accroître leurs chances,  consolider leurs atouts, exploiter leurs avantages comparatifs en vue de faire face à l’ouverture désormais irréversible des marchés, à la globalisation du capital et à la compétition internationale.

C’est précisément pour ces raisons que les dirigeants politiques africains, pour combler nos faiblesses et déjouer le piège de l’étroitesse de nos marchés nationaux, ont créé, partout dans notre continent, des unions et communautés économiques et monétaires.

Parmi celles – ci, vous me permetterez de citer :

  • la Communauté Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA)
  • l’Union Economique et Monétaire de l’Afrique de l’Ouest (UEMOA)
  • la Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale (la CEMAC)
  • la South African Development Community (SADC)
  • l’Union du Maghreb Arabe (UMA).

Tous ces regroupements ont été mis en place pour promouvoir l’intégration économique progressive de nos économies, condition indispensable à réaliser pour l’Afrique si nous voulons peser sur le commerce mondial  et les affaires internationales.

Mesdames, Messieurs

A cet égard, dans notre région Ouest Africaine, nous pouvons constater que la CEDEAO et l’UEMOA ont pris des initiatives hardies qui ont abouti à l’adoption de politiques communautaires dont la mise en œuvre favorisera l’intégration économique de nos Etats.

En particulier, nous pouvons signaler, dans ce cadre, la Politique Economique Communautaire, la Politique Industrielle Communautaire et la Politique Energétique Communautaire qui prévoit l’inter connexion des différents réseaux électriques de nos pays.

Différentes politiques tarifaires et fiscales ont également vu le jour.

Tout ceci pour dire, mesdames, messieurs, que le processus d’intégration de nos économies est bel et bien en marche dans notre zone et requiert pour chaque Gouvernement des mesures en vue de  restructurer  os économies, d’accompagner nos entreprises afin de leur permettre d’être compétitives et de gagner de nouveaux segments de marchés.

Pour sa part, le Gouvernement du Sénégal a mis en chantier un vaste programme de redéploiement économique dont l’objectif est de créer un environnement des affaires propices à l’investissement et à la promotion des PME/PMI.

C’est ainsi que sous l’impulsion du Chef de l’Etat, Maître Abdoulaye WADE, le Gouvernement a mis en place :

  • L ’Agence pour la Promotion des Investissements et l’Exécution des Grands Travaux (APIX) dont l’objectif est d’alléger les procédures de création d’entreprises et capter le maximum d’investissements.
  • l’ADEPME qui a pour mission la promotion et le développement, dans notre pays, d’un tissu dense de PME / PMI
  • l’APROSI qui a pour mission d’aménager les sites industriels et de faciliter, aux investisseurs, l’accès à la propriété foncière.
  • l’Asepex – Agence sénégalaise pour la promotion des Exportations.

Dans la même dynamique, le chef de l’Etat a institué le Conseil Présidentiel de l’Investissement (CPI) qui offre un cadre de concertation entre l’Etat, les partenaires au développement et les opérateurs économiques. Les décisions issues des sessions du  CPI ont permis de rendre notre environnement économique encore plus attrayant.

Par ailleurs nous avons mis en place , avec la coopération de l’Agence Française de Développement (AFD), un Bureau de Mise à Niveau dont le but est d’accompagner les PME / PMI afin d’élever leurs performances            et accroître leurs compétences.

Dans le même ordre d’idées, avec le concours de la Banque Mondiale, l’Etat vient de mettre en place un instrument financier nouveau, je veux parler du Fonds à Frais Partagés (PPIP).

Enfin, le Chef de l’Etat a décidé de ramener de 33% à 25% l’impôt sur les sociétés (IS).

Toutes ces mesures prises par l’Etat ont permis d’assainir notre économie, d’attirer les investissements et de « booster » la croissance.

Aujourd’hui, avec un taux de croissance moyen de 6%, des finances publiques assainies, notre économie occupe la première place de l’espace UEMOA.

Le Gouvernement poursuivra ses efforts et prendra d’autres initiatives pour consolider sa politique économique.

Nous continuerons sur cette voie car, le Gouvernement, soutient la conviction qu’un secteur privé fort et bien structuré constitue le moteur de la croissance économique.

L’expérience cumulée, ces dernières années, par les pays développés et ceux émergents, montre, à suffisance, que les PME/PMI constituent, partout, les principaux pourvoyeurs d’emplois et les vecteurs essentiels du développement et de la croissance.

Le rôle du secteur privé s’avère donc déterminant dans la réussite de la stratégie de croissance accélérée (SCA) définie par le Gouvernement et dans la lutte pour la réduction de la pauvreté, dans notre pays, que mènent les pouvoirs publics.

Mesdames, Messieurs

Il appartient maintenant aux opérateurs économiques de tirer profit des mesures adoptées par le Gouvernement et de couvrir leur part de chemin.

Pour cela,  vous devez faire preuve d’hardiesse, d’intuition et de culture entreprenariale. Vous devez vous engager à relever le défi de la production et de la qualité.

Je sais que mon appel sera entendu car j’ai décelé, en vous, la volonté d’entreprendre et le caractère de gagneur.

Déjà, la confiance rétablie et nos efforts communs comment à porter leurs fruits. En effet, grâce à l’engagement, de tous, notre économie enregistre, depuis années, des performances inédites qui l’ont propulsé en tête des économies de l’espace UEMOA. Notre Objectif est de projeter notre pays,   à l’horizon 2015, au rang des nations émergentes.

Maintenons les efforts et gardons le cap pour relever ce défi et gagner ce pari qui, bien qu’ambitieux, reste à notre portée.

Mesdames, Messieurs

Avant de terminer, je voudrais vous réaffirmer que l’Etat reste à vos côtés pour vous apporter son soutien afin que vous occupiez pleinement la place qui est la vôtre dans la l’économie nationale.

Notre appui ne vous fera pas défaut et notre engagement sera total au profit de l’entreprise.

Il me reste maintenant à féliciter le MEDS et son Président Mbagnick DIOP qui, de manière constante, font preuve d’imagination pour trouver des solutions  aux nombreux questionnements de notre économie. Le MEDS dont je suis les activités s’est positionné comme une organisation ayant une grande capacité d’anticipation et un formidable dynamisme.

L’esprit d’innovation du MEDS constitue un atout fort pour le secteur privé national et une raison de confiance pour nos Gouvernements.

Nous vous encourageons à poursuivre vos efforts qui constituent un gage du succès pour l’économie de notre pays.

Sur ces mots, je déclare ouvertes les Assises et la 7ème Assemblée Générale du Mouvement des Entreprises du Sénégal – MEDS.

Je vous remercie de votre attention