Category Archive Assises du Meds

Bymeds2018

la 18e Session des Assises Economiques du MEDS

Le Premier ministre Mahammad Boun Abdallah Dionne a présidé , ce jeudi 06 septembre, à l’hôtel Radisson Blu, la cérémonie d’ouverture de la 18e Session de Assises économiques annuelles du Meds.  Cette année, le thème central porte sur le « Financement de l’économie sénégalaise (Etat, PME, Grandes entreprises). Quel modèle de système de financement de l’investissement à l’économie sénégalaise, pour la réalisation des opportunités de croissance ? »  Le ministre du Budget, Birima Mangara, et le ministre de la culture, Abdou Latif Coulibaly ont pris part à la cérémonie d’ouverture.

16h 04:  Fin de la 18eme Session des Assises économiques du Mouvement des Entreprises du Sénégal (Meds).

16h 00: Mot de clôture du président du Meds

Mbagnick Diop, Président du Mouvement des Entreprises du Sénégal  (Meds) a clôturé les travaux de la 18ème Session des Assises économiques du Meds. Il a remercié les autorités étatiques, les partenaires et les panélistes. Il a félicité et remercié tous les membres de Meds. Toutes les réalisations du Meds seront compilées dans un livre, annonce-t-il.

15h 49: Intervention du modérateur Amadou Ly Bocoum, vice-président du Meds

« Nous ne sommes pas un patronat de façade mais un patronat de contribution. Il y a une rupture sémantique au sein du Meds. Il en veut pour preuve la publication d’un Livre Blanc du Meds. Nous sommes en train de faire des missions qui sont dédiées à l’Etat (forum du premier emploi, Business breakfast de l’Iata sur l’économie numérique.. Il faut que le Meds soit au premier, nous en avons la capacité car le Meds produit des réflexions scientifiques. Il n’y a que le Meds qui travaille, et en avance sur tout le monde. Le Meds doit être le « number one » du secteur privé. Nous faisons de grandes choses qui marquent l’histoire de ce pays. Il faut maintenir le sommet et y rester. »

15h 40 mn: Reprise des travaux – Le SG du Meds, Modou Mboup fait la restitution des travaux

14H 20: Pause déjeuner

14h 14 : Synthèse d’Ibrahima Wade sur l’ensemble des communications

14h: Intervention du directeur de l’Adepme

13h 50: Communication d »Amath Soumaré sur le thème « quelle articulation entre le financement de l’économie sénégalaise et l’intelligence économique/ artificielle.

13h 40: Communication de M. Souleymane Diagne Professeur à l’Ucad sur le thème: « Attirer les investissements internationaux dans l’économie nationale sénégalais, quelles conditions ? »

13h 20: Intervention de Bachir Dramé, expert en pétrole, conseiller spécial du président du Meds

13h 07: Intervention de Mamadou Fall Kane, Secrétaire permanent adjoint du Cos-petrogaz

Mamadou Fall Kane a fait une présentation sur le thème « Découvertes énergétiques au Sénégal. Quelle place du secteur privé national dans la gestion durable et inclusive des ressources gazière et pétrolière? » Selon Kane, dans tous les contrats pétroliers, l’Etat du Sénégal est majoritaire.

« Dans tous les  contrats signés, notre pays gagne plus de 50% de la rente pétrolière », explique-t-il. Mieux, ajoute-t-il, tous les contrats qui publiés sur le site de l’Itie et celui du gouvernement sont transparents.

« Jusque-là, personne n’a été capable de dire que les contrats qui ont été signés étaient au détriment des intérêts du Sénégal. Nous sommes sensibles à la préservation des intérêts du Sénégal.

Ce sont de fausses idées qui sont entretenues. Il y a une grande volonté d’ouverture et de transparence. On ne peut pas faire à l’Etat le procès de l’opacité. »

Par ailleurs, il précise que l’activité pétrolière est risquée et coûteuse. En 2014, année des découvertes du pétrole au Sénégal, le taux mondial d’échec des forages d’exploration était de 87%, souligne-t-il. Selon Kane, cela signifie que 87 forages sur 100, pourtant effectués après des études géophysiques sérieuses, se sont révélés négatifs.

C’est pourquoi, il invite le Secteur privé à se donner les moyens législatifs et juridiques pour investir dans le pétrole. Il rassure le Meds que la volonté politique de l’Etat du Sénégal en matière d’exploitation pétrolière est bien réélle.

12h 00: Présentation d’Ibrahima Wade du Bureau opérationnel suivi (Bos) du Pse

Ibrahima Wade s’est réjoui du  thème central des Assises économiques du Meds, qui selon lui,  est une réflexion menée dans le cadre du PAP II. Il déplore la faiblesse dans le financement du secteur privé, soutenant que le privé local  doit prendre le relais du financement de l’économie nationale. « C’est ça le gros défi. »  Pour la  commande publique, Wade estime  que le secteur privé peut capter une manne financière de  1500 à 2000 milliards F Cfa. Pour le PPP, il faut tout de suite définir le cadre juridique, recommande-t-il, invitant le Meds à travailler la-dessus. Il préconise un projet de loi sur la cogestion dans le cadre des financements des infrastructures de l’Etat.

11h 40: Présentation du thème générique par Moustapha Ba, directeur du Budget:

« Le déficit budgétaire a été réduit à 3,7% en 2017. En 2018, le projet de loi rectificatif voté à l’assemblée l’estime à 3,5%. Le train de vie de l’Etat a baissé de 17% 0 7,5%. Pour les Conventions de financements avec les partenaires financiers de l’Etat,  de 2000 à 2011, nous en sommes à 3789 milliards de francs Cfa. D’Avril 2012 au 31 aout 2018, on est à 7000 milliards ; ce qui a été multiplié par quatre. 86% des financements de l’Etat sont essentiellement orientés vers les infrastructures, l’énergie, l’agriculture, l’hydraulique et l’assainissement. C’est 86% des financements de l’Etat  Pour le Fongip et le Fonsis, l’Etat a investi 39 milliards de 2013. Pour le Plan d’actions prioritaires (PAP, 70% des financements devaient provenir du secteur privé. Le taux d’investissement privé est passé de 1445 milliards à 1500 milliards. Pour le PAP 2, il faut une présence importante du secteur privé. La crédibilité de l’Etat du Sénégal détermine les taux d’intérêts. Le Sénégal présente un risque d’endettement de niveau faible Néanmoins il faut surveiller la dette même celle-ci  estimée à plus de 800 milliards est soutenable. Le Sénégal est passé de B1 positif à B à 3 stable en 2017. En clair, le Sénégal est passé de B plus stable à B plus positif. »

10h 36:  Allocution d’ouverture du Premier ministre, Mahammad B. A. Dionne:

Le Premier ministre, à l’entame de son  son discours, s’est d’abord réjoui de l’organisation de la 18ème Session des Assises du Meds. Mahammad Boun Abdallah Dionne estime  que l’évènement qui nous réunit, aujourd’hui, est un profond débat d’experts.

Il s’est félicité du taux de croissance de 7,2 % malgré un contexte de déficit budgétaire et d’inflationniste. Il a exhorté à consolider les acquis, à travers une dynamique unitaire nationale.

«Désormais c’est possible au Sénégal  de faire des affaires et de gagner de l’argent dans la transparence », soutient-il. Avant d’ajouter : «Nous comptons maintenir le cap d’une croissance forte et durable. »

« L’Etat attend beaucoup du secteur privé pour le développement économique et social du Sénégal », fait-il savoir, ajoutant  que désormais, il faut œuvrer à une inversion de la tendance du financement de notre économie par le secteur privé. « Les opportunités d’affaires existent dans ce pays, à travers le Pse », développe-t-il.

Il annonce pour bientôt le vote d’un projet de loi sur le contenu local destiné au secteur privé national. Ce, pour permettre au secteur privé local de se positionner sur la chaine du gaz et du pétrole.

« Nous attendons des propositions du secteur privé.» Le Pm a également annoncé la mise en place de l’Initiative sur l’économie verte. Ce, pour lutter contre la déforestation.

Sur l’actionnariat des autoroutes à péage, il précise ceci: « Les Autoroutes du Sénégal  appartiennent au peuple Sénégal », clarifie-t-il.

10h 27: Le président du Meds, M. Mbagnick Diop prononce son discours:

« Les  Assises économiques du Meds se sont imposées au fil du temps, comme un rendez-vous annuel, dans un environnement de réflexion stratégique, d’innovation pour le développement économique et social du Sénégal», a d’emblée indiqué le président du Meds, Mbagnick Diop.

Citant World Investment Report, le nouveau rapport mondial sur l’Investissement, il souligne que depuis deux années consécutives, les investissements directs étrangers (IDE) sont en baisse.

La part des IDE est passée de 1810 milliards en 2016 à 15 milliards de dollars à 2017, indique M Diop. Il ajoute : « Malgré les bonnes perspectives de reprises pour 2018 de la CNUCED, l’Afrique n’est pas en reste, puisque le taux de rendement a chuté de 6,3%  en 2017, contre 12,3% en 2012. »

Ce recul, dit-il, s’explique en partie par l’effondrement des prix des matières premières durant cette période.

Par contre, ajoute-t-il, les IDE vers les pays en développement se sont établis en légère hausse (2%), à 653 milliards de dollars.

Au Premier ministre, M. Diop lui rappelle que depuis plus de quinze ans, le comité scientifique du Meds ne cesse d’attirer l’attention des entreprises et gouvernants, sur la rupture et le passage d’une économie matérielle (basée sur la production de biens, d matières premières, etc.) vers une économie immatérielle basée sur les innovations, connaissances, la digitalisation, le numérique, l’intelligence artificielle, etc.)

A l’en croire, une nouvelle cartographie des investissements est en train de se dessiner et trouve son refuge actuellement en Asie, avec une hausse de 2% des IDE, représentant plus de 655 milliards.

« Ce sont les nouveau enjeux que nous proposons de traiter à l’occasion de cette 18ème Session des Assises économiques, dont sa tenue régulière, avec la participation des plus hautes autorités du pays, témoigne des excellentes relations de collaborations durables, qu’entretiennent en bonne intelligence, le Meds et le gouvernement du Sénégal.

Selon toujours le président du Pds, la thématique de la présente édition des Assises économiques du Meds dans le contexte de finalisation de la deuxième phase du Plan Sénégal émergent, est d’autant plus pertinente, que l’économie mondiale et particulièrement africaine est marquée par de meilleures perspectives de croissance, avec de nouvelles stratégies d’investissements de financements alternatifs, innovants et diversifiés.

Lesquelles, précise-t-il, pourront mieux accompagner le financement des investissements durables de notre économie.

Pour conclure, le président du Meds a rendu un hommage appuyé au Premier ministre Mahammad Boun Abdallah Dionne. Ce, pour sa disponibilité et son engagement constant auprès du secteur privé.

Il loue les qualités du Premier ministre : « Vous êtes un homme d’écoute et de consensus. Technocrate pur et dur, vous l’êtes aussi, mais un homme politique affable et redoutable. Depuis plus d’une décennie, vous avez réussi en virtuose et en maestro à défendre et promouvoir la vision du chef de l’Etat Macky Sall.»

10h 26: Début de la cérémonie

10h 20:  Arrivée du Premier ministre, de Birima Mangara, ministre du Budget et de Abdou Latif Coulibaly, ministre de la culture

09h 44: Plusieurs représentants des institutions internationales ont déjà pris place dans la salle. Des chefs d’entreprises sont installés. Plusieurs autorités dont Ibrahima Wade patron du Bureau opérationnel suivi (Bos) du Plan Sénégal émergent (Pse) sont bien installés dans la salle, en attendant l’arrivée du Premier ministre.

08h – 9h : Accueil et mise en place des Invités

Bymeds2018

Les termes de référence

Thème : LES ENJEUX DE LA MODERNISATION DE L’AGRICULTURE !

« Sont réputées agricoles toutes les activités correspondant à la maîtrise et à l’exploitation d’un cycle biologique de caractère végétal ou animal et constituant une ou plusieurs étapes nécessaires au déroulement de ce cycle ainsi que les activités exercées par un exploitant agricole, qui sont dans le prolongement de l’acte de production ou qui ont pour support l’exploitation.

Préambule

Le plus grand défi pour le développement de l’agriculture au Sénégal se trouve au niveau des fausses perceptions des problèmes et des solutions préconisées. Il existe un manque d’informations qui est lié à l’isolement des paysans, à leur éloignement des grands courants d’échanges mondiaux etc.

Au niveau politique, on constate un manque d’informations et de sensibilisation des décideurs. Les bailleurs de fonds, les organisations de l’Etat, les différentes organisations de coopération technique, la plupart des organisations non-gouvernementales et même beaucoup d’organisations paysannes se perdent dans des faux diagnostics et insistent souvent sur des voies qui ont déjà montré leurs limites.

Un autre défi se trouve au niveau des connaissances techniques                 que nécessite une agriculture moderne. Ces connaissances techniques pour l’application d’une agriculture est un effort substantiel que l’Etat doit mener dans un processus plus ou moins à long terme et qui dépendra des conditions environnementales, du niveau d’organisation et de participation des paysans, de la présence d’un appui technique qualifié et des disponibilités financières. L’agriculture exige des ressources financières, surtout au départ. On constate au Sénégal que les besoins en financement pour une agriculture moderne et dynamique, pourvoyeuse d’emplois et de richesse ne sont pas conséquents.

Il y a aussi tous les coûts des investissements pour que les organisations paysannes puissent entrer dans la chaîne de la transformation, de stockage, de transformation et de commercialisation, ainsi que les coûts de formation en gestion, en opération des équipements, en maintenance, etc.  Mobilisation paysanne et accès au foncier.

Enfin, la participation réelle dans la vie et l’orientation des organisations paysannes est très inégale. Bureaucratisme, autoritarisme, discriminations envers les femmes, les jeunes et les catégories sociales les plus pauvres sont des contraintes à surmonter. La question foncière qui repose sur le système ancien n’est plus pertinent. En effet, nous sommes tributaires de la situation héritée de la période coloniale. Aucun régime n’a osé procéder à des réformes agraires en profondeur pour faire bénéficier les paysans de la terre. A cela s’ajoute, un autre mal des temps modernes, la privatisation des terres qui soulève beaucoup de débats et de passion.

Face à tous ces défis, le MEDS dans le cadre de ses Assises Economiques a choisi de débattre ce thème en collaboration avec ses entreprises membres et des démembrements de l’Etat. Ce débat aura pour objectif de définir des pistes de réflexion pour mener au développement de notre agriculture dans sa globalité.

L’objectif général :

L’objectif général visé est de mettre en place un cadre de concertation regroupant l’ensemble des parties prenantes susceptibles d’être impliquées dans la définition d’une démarche dynamique et pertinente de la politique à travers un dialogue franc et ouvert. Il s’agira principalement au sortir de ces assises, d’informer et de sensibiliser fortement les principaux acteurs de la filière agricole sénégalaise, sur les urgences impérieuses et la nécessité de prendre des mesures courageuses et fortes allant dans le sens de rompre définitivement avec les pratiques désuètes et obsolètes qui ont empêchées ce secteur de se développer pleinement.

Les discussions et échanges traiteront aussi des sous thèmes tels que:

–        Quelle Agriculture pour notre pays ?

–        Les opportunités de l’Agro-business.

Les débats porteront entre autres sur les problématiques d’actualité.  Il s’agira de déceler les points forts et les points faibles des différentes politiques agricoles déjà menées (critique du plan REVA, de la GOANA, quels enseignements majeurs en tirer, etc..) ; Quelle démarche adopter pour développer la production agricole et quelle stratégie mettre en œuvre pour une meilleure diffusion des produits agricoles; Comment financer les projets agricoles ? Etc. …

Les résultats attendus :

Ces échanges devront permettre au Mouvement des Entreprises du SENEGAL – MEDS de proposer à ses membres des opportunités d’affaires dans l’agriculture. Le MEDS pourra aussi produire un document de référence comme contribution du secteur privé à l’élaboration d’un politique agricole adaptée.

Méthodologie

Le thème sera introduit par des experts et suivi de débats et d’échanges.

Un rapport contenant les teneurs de discussions et les conclusions sera élaboré au terme des assises économiques

Bymeds2018

Discours de Mr Mbagnick DIOP Président du Mouvement des Entreprises du SENEGAL – MEDS

  • Monsieur le Ministre de l’Agriculture,
  • Monsieur le Ministre de l’Enseignement Supérieur,
  • Madame le Ministre Conseiller auprès de Monsieur le Président de la République,
  • Messieurs les Directeurs de Cabinets,
  • Excellence Mesdames, Messieurs les Ambassadeurs,
  • Mesdames, Messieurs les Présidents des Organisations Patronales et Professionnelles,
  • Mesdames, Messieurs les Secrétaires Généraux des Organisations Syndicales,
  • Mesdames, Messieurs les Directeurs Généraux et Nationaux,
  • Mesdames, Messieurs les Membres du Bureau Exécutif et du Conseil d’Administration du MEDS,
  • Mesdames, Messieurs les membres du MEDS
  • Chers Invités et participants,

Read More

Bymeds2018

Discours de Mme Aissatou DIALLO LO – Présidente du CFD

  • Monsieur le Président du Mouvement des entreprises du Sénégal (MEDS),
  • Mesdames, Messieurs les membres du Bureau Exécutif, du Conseil d’Administration et du Staff du Président,
  • Chers membres,

Il est dans la vie des hommes et des femmes des moments historiques qui constituent le ferment du destin commun à vivre ensemble, dans leurs particularités et leurs différences.

Cependant, animées d’un même idéal de solidarité, de paix et de partage.

La cérémonie qui nous réunie aujourd’hui en est une parfaite illustration. Cette nomination est une suite logique d’un compagnonnage efficace qui dure plus d’une décennie entre le MEDS et moi.

Je travaillerai à consolider des acquis d’un bilan jugé positif  et apporter autant d’atouts qu’il faudra mettre à profit pour réussir un nouveau challenge.

J’accélérai la cadence dans la réalisation des projets, des programmes et de mettre résolument le CFD  dans la rampe de l’émergence.

Quant à vous M. Mbagnick DIOP – Président du MEDS tout le mérite vous revient  vous êtes à la fois pondéré, franc, direct, mais aussi  bagarreur sur tous les bords. Votre probité morale et intellectuelle ont hissé très haut le MEDS dans la cour des grands, tant au niveau national qu’international.

Merci pour la confiance que vous avez portée à mon égard,

Vive le MEDS

Vive le CFD

Je vous remercie de votre aimable attention !!

Bymeds2018

Discours de M. Saliou DIEYE – Vice Président du MEDS

  • Monsieur le Président du MEDS,
  • Messieurs les membres du Bureau Exécutif,
  • Messieurs les membres du Conseil d’Administration,
  • Messieurs les Chefs d’Entreprises,
  • Chers Invités,

Il me revient l’insigne honneur cette année à la suite des Assises Annuelles de notre organisation de sacrifier à l’exercice délicat de faire le discours au nom des membres du Bureau exécutif, du Conseil d’Administration et du Staff du Président.

Read More

Bymeds2018

Assemblée Générale et assises du MEDS : La bonne gouvernance en sujet d’introspection transversale

Ouverte par Abdoulaye Balde, le Ministre d’Etat, Ministre  des Mines, de l’Industrie, de l’Agro Industrie et des PME , l’assemblée Générale du Mouvement des entreprises du Sénégal (MEDS) dirigé par Mbagnick Diop, s’est tenue le weekend dernier au Méridien Président., suivie de ses assises.
Des centaines de participants (pouvoir public, acteurs du secteur  prive,  représentants de la société civile et étudiants) ont discuté de l’impact de la qualité des  gouvernances sur  notre économie.
Read More

Bymeds2018

Discours de Mr. Mbagnick DIOP – Président du MEDS

  • onsieur le Président de l’Assemblée Nationale
  • Mesdames, Messieurs les Ministres
  • Monsieur le Vice – Président de l’Assemblée Nationale
  • Mesdames, Messieurs les Représentants du Corps Diplomatique et les Institutions Internationales
  • Mesdames, Messieurs les Directeurs Généraux et Directeurs Nationaux
  • Mesdames, Messieurs les Membres du Conseil d’Administration du MEDS,
  • Mesdames, Messieurs les membres du MEDS
  • Chers Invités

Read More

Bymeds2018

Rapport D’ Activités

Le présent rapport rend compte des activités développées par e Mouvement des Entreprises du Sénégal (MEDS) du mois de Mai 2008 au mois d’Avril 2009.

Dans ce rapport, nous ne ferons pas cas des nombreuses activités du MEDS et des divers acquis de notre Mouvement qui ont été largement exposés à d’autres occasions. Read More

Bymeds2018

Discour de M. Adjibou SOUMARE – Premier Ministre

  • Mesdames, Messieurs les Ministres
  • Mesdames, Messieurs les Représentants du Corps diplomatique et des Institutions internationales
  • Monsieur le Président du Mouvement des Entreprises du SENEGAL,
  • Mesdames, Messieurs les Présidents des Organisations Professionnelles et Patronales
  • Mesdames, Messieurs les Directeurs Généraux et Directeurs Nationaux
  • Mesdames, Messieurs les Chefs d’Entreprises
  • Mesdames, Messieurs les Membres du MEDS
  • Chers Invités,

Read More

Bymeds2018

Les Termes de Référence

THEME : « FACE A LA CRISE, QUELLES SOLUTIONS POUR LE SENEGAL » ?

Le Mouvement des Entreprises du SENEGAL – MEDS va tenir, le 11 Avril 2009 au Méridien Président, la 9e édition de son Assemblée Générale. Read More